Par Véronique Châtel
paru en septembre 2018
Aider N° 5
    • Besoin d’aide pour presque tout
    • Couple avant tout

    “J’ai longtemps cru que mon amour vaincrait sa maladie”

    Pour aider sa femme Isabelle, atteinte d’une sclérose en plaques, Francis a dû se mettre à temps partiel. Son travail lui est pourtant essentiel pour s’aérer et ne pas perdre son identité.
    Parfois des gens les arrêtent dans la rue pour leur dire combien ils forment un beau couple… Il est vrai qu’ils ont une manière de goûter aux balades le long des quais de Seine, qui les rend rayonnants. Avec Philéas, le chartreux de 8 kilos, qui les accompagne systématiquement, soit tenu en laisse soit allongé sur les cuisses d’Isabelle, ils dégagent même une douceur de vivre.

    La vie n’est pourtant pas douce avec eux. Isabelle souffre d’une sclérose en plaques qui entame progressivement son autonomie. Quand Francis l’a rencontrée, elle se déplaçait avec une canne. Aujourd’hui, elle est en fauteuil roulant. « J’ai longtemps cru que mon amour pour elle l’aiderait à vaincre la maladie », se souvient-il. Persuadé que le pire n’est jamais sûr, Francis était bardé d’optimisme. Il a épousé Isabelle en 2008. Il avait 46 ans, elle, 37 ans. Plus tard, cependant, il a refusé qu’elle se lance dans une grossesse. « Cela aurait pu aggraver son état, je ne voulais pas qu’on prenne ce risque. » Quand il fait le compte de toutes les poussées inflammatoires que sa femme a subies en dix ans et des séquelles qu’elles ont occasionnées, Francis sait qu’il a eu raison.

    Besoin d’aide pour presque tout


    Isabelle est devenue dépendante. Elle a besoin de son mari pour sortir de son lit le matin, passer d’un siège à un autre, se laver, préparer ses affaires, porter sa fourchette à sa bouche, se retourner dans le lit la nuit… « Je prends ma femme dans les bras 15 à 20 fois par jour. C’est beaucoup plus que les autres maris », sourit-il avec tendresse. Isabelle connaît cette statistique aussi : c’est pourquoi elle ne veut personne d’autre que lui, son mari, pour l’aider dans sa vie quotidienne.

    Couple avant tout


    Mari et femme et non pas aidant-aidé : c’est ainsi que Francis définit leur tandem. Quand il parle de sa femme, il évoque d’abord son intelligence, son don pour les langues, son courage pour faire face, sa beauté. [...]

    Vous souhaitez poursuivre votre lecture ? Retrouvez le Guide des aidants en kiosque, librairie ou sur notre boutique en ligne !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *