Par Francine Bajande
paru en décembre 2017
Aider N° 3
  • portrait
  • famille
  • parrain
  • marraine
  • échange

    « On s’est engagés pour la vie ! »

    Parents d’un jeune garçon, Lisa et Thierry sont aussi les parrains de Rayan, depuis 7 ans. Leur histoire familiale illustre une autre manière d’aimer un enfant.

    Par Manon Curty


    Chéri, si tu as chaud tu peux enlever ton blouson ! » Rayan jette un coup d’oeil à Georges et constatant qu’il a enlevé le sien, suit le conseil de Lisa, sa marraine. Thierry, son parrain, en profite pour le complimenter : « Ça te va bien, la chemise ! »


    Ils sont venus tous les quatre pour raconter leur « belle aventure humaine » ainsi que la définit Lisa.


    Tout a commencé il y a sept ans. Quand Lisa et Thierry Schuster-Lecomte, en couple depuis l’âge de 20 ans et parents d’un garçon de sept ans, Georges, ont décidé d’ouvrir leur famille. L’impossibilité de concevoir un deuxième enfant et la difficulté de se lancer dans un parcours d’adoption en tant qu’intermittents du spectacle ( Lisa est comédienne et Thierry assistant-réalisateur ) les ont conduits vers le parrainage de proximité. « Nous ne voulions pas que notre fils grandisse tout seul et nous avions de la place, dans nos coeurs et dans nos têtes pour un deuxième enfant », se souvient Lisa. Ils ont donc pris contact avec l’association France Parrainages et déposé une candidature de parrains. « On a expliqué nos motivations et émis des souhaits : nous voulions accueillir un enfant plus jeune que Georges pour garder une logique de fratrie et partager avec lui du temps familial. » Quelques semaines plus tard, France Parrainages leur a présenté Rayan, 5ans et demi. Sa mère, Djénéba, ivoirienne d’origine, avait elle aussi contacté l’association pour trouver du soutien éducatif. Entre son travail, sa formation d’aide-soignante et son isolement familial, elle ne se sentait pas suffisamment solide pour offrir à son fils tout ce dont il avait besoin : repères d’autorité, références culturelles françaises, soutien scolaire. « Elle voulait aussi casser la relation trop fusionnelle qu’elle avait avec lui et lui faire bénéficier d’une figure masculine », précise Lisa.



    Re-dessinons notre famille !


    « Tu te souviens de la première fois qu’on s’est rencontrés ? » lance Thierry à Rayan. « Ce n’était pas gagné ! Tu n’as pas prononcé un mot. » – « Oui, je me le rappelle. J’étais assis là-bas, maman sur un fauteuil. Il y avait une grande table entre nous et une dame qui me regardait. »


    Pendant les six premiers mois, parrains et filleul s’apprivoisent doucement. France Parrainages les accompagne dans leurs premiers pas ; les aide à s’ajuster et à définir une fréquence de fréquentation adaptée au quotidien et au rythme professionnel de chacun. « Notre envie était que Rayan s’intègre à notre famille afin que nous puissions vivre avec lui des moments qui ne relèvent pas de l’exceptionnel », explique Lisa. Ils conviennent que Rayan viendra tous les mardis soir pour passer le mercredi avec Georges. Plus tard, s’y ajouteront des weekends, des vacances ( l’été dernier, une semaineà Barcelone ), une soirée au cinéma ou au concert. « Notre relation s’est enrichie au fur et à mesure. Nous l’avons inventée ensemble », complète Thierry.

    Lire la suite ?

    Vous êtes abonné ?

    Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


    Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

    Pas encore abonné ?

    Abonnez-vous à Aider - la revue !


    Abonnez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *