Par Marie-Axèle Dutour
paru en septembre 2017
Aider N° 2
  • respirer
  • pause
  • ménage
  • temps
  • tri
  • surmenage
  • rangement
  • Mais comment se libérer de ce qui nous encombre ?
  • Et si ça fait mal ?
  • Désencombrement matériel : top départ !
  • Les bénéfices du désencombrement

Ménage(z) et vous

Vous arrive-t-il de vous sentir débordé.e, au point de ne plus parvenir à dégager une idée claire ni à prendre les bonnes décisions ? Et si vous faisiez un peu le ménage dans ce qui vous encombre, au propre comme au figuré ? Petit guide pour vous désencombrer.
Il y a un lien de cause à effet entre le ménage que l’on fait chez soi et celui que l’on fait en soi. Ce qu’on libère dans son espace de vie en éliminant le superflu qui l’encombre libère aussi son espace mental et permet d’accéder à plus de sérénité. Tant que nous sommes dans la rétention, qu’elle soit matérielle ou émotionnelle, nous restons figés, imperméables au mouvement et aux opportunités de la vie. Par ailleurs, quand nous constituons des réserves, en entassant vêtements et objets dans chaque espace vacant de notre intérieur, en ressassant des affects anciens, nous envoyons deux messages à notre cerveau : d’une part que nous ne sommes pas disponibles pour la nouveauté, d’autre part que nous avons peur d’aller de l’avant.

Faire un grand ménage, vous désencombrer est l’occasion de prendre du recul, de vous interroger et peut-être aussi de trouver une nouvelle organisation ou de nouveaux arrangements qui pourraient vous faciliter la vie et celle de la personne que vous accompagnez. Le chantier peut paraître un peu lourd et vous avez déjà certainement un emploi du temps très chargé. C’est pourquoi je vous propose de vous guider pour vous aider à désencombrer votre intérieur, mais aussi votre espace mental en alternant conseils pratiques et exercices de sophrologie.

Illustration : Marie-Marie Dutour

Mais comment se libérer de ce qui nous encombre ?


• D’abord, être convaincu que faire de la place chez soi est un passage obligé pour faire de la place en soi. Décider de l’utilité de conserver un objet plutôt qu’un autre, c’est une manière d’établir de nouvelles priorités dans sa vie.

• Se contraindre à regarder autour de soi avec des yeux neufs. L’objectif est de prendre conscience des objets qui encombrent son intérieur. Plus l’espace sera aéré et moins l’esprit butera contre les journaux à trier, la poussière qui s’agglutine dans les coins difficiles d’accès, le manque de clarté.

• Accepter de se détacher de certains objets. Il n’y a pas de règle définie en la matière : c’est à chacun de juger ce dont il estime avoir besoin et ce qu’il a envie de garder. En tant qu’aidant, sachez apprécier la juste place à donner aux objets qui vous sont nécessaires ou qui le sont à la personne que vous aidez. Le matériel médical peut parfois être envahissant : faire de la place en vous débarrassant d’objets ou de meubles auxquels vous ne tenez plus vous permettra aussi de reconsidérer votre espac

Lire la suite ?

Vous êtes abonné ?

Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous à Aider - la revue !


Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *