Par Charlotte Chaulin
paru en décembre 2017
Aider N° 3
  • entendre
  • audition
  • écoute
  • malentendants
  • Un cerveau moins stimulé et tendance au repli sur soi
  • Détecter les premiers signes
  • Inviter au dépistage
  • Accompagner dans la prise en charge : l’appareillage
  • Un budget conséquent mais des bénéfices qui le sont tout autant
  • Et après ?

Comment l’aider à se faire entendre?

L’audition diminue naturellement avec l’avancée en âge. Pour autant il ne faut pas s’en accommoder. Mal entendre expose à des problèmes plus graves. Conseils pour être à l’écoute des malentendants et leur donner envie de ne pas se replier sur eux-mêmes.


C’est une déficience qui peut longtemps passer inaperçue. Dans un monde saturé en musiques d’ambiance et sonneries d’alerte en tous genres, demander à son interlocuteur de répéter ce qu’il vient de dire n’est pas forcément le signe d’une perte auditive. Pourtant, si la demande émane d’une personne qui a plus de 65 ans, elle signale dans les deux tiers des cas, de la presbyacousie ( pendant auditif de la presbytie ). En effet, les hommes perdent en moyenne 0,5 à 1 décibel/ an entre 60 et 70 ans, 1,5 décibel/ an entre 70 et 75 ans et 2 décibels an au-delà. Pour les femmes, les pertes sont identiques mais apparaissent 10 ans plus tard. ( Évidemment, ces chiffres sont modulables selon le bagage génétique et l’exposition aux sons forts, de chaque individu. ) Naturelle, la perte auditive ne doit pas être négligée pour autant.

Un cerveau moins stimulé et tendance au repli sur soi


Diverses études ont montré l’impact de la perte auditive sur les fonctions cognitives du cerveau ; elles se détérioreraient plus vite ( 40 % ) chez les personnes malentendantes. Ce déclin accéléré s’explique par le fait que les stimulations auditives perçues diminuant, le cerveau perdrait l’habitude d’être sollicité. Par ailleurs, quelqu’un qui entend mal participe de moins en moins aux échanges avec son entourage. Ce qui limite d’autant l’éveil du cerveau qui perd de sa vitalité. Le retranchement progressif d’une personne qui entend mal a une autre conséquence : l’isolement social. « Les efforts pour entendre et prendre part aux conversations engendrent de la fatigue et une sensation d’isolement contre lesquelles on finit par ne plus lutter » raconte Yvonne, 86 ans, appareillée depuis 8 ans. S’ajoutent à cela, l’agacement et l’incompréhension dont souffrent les malentendants. Comme Yvonne, de nombreuses personnes malentendantes ont l’impression d’être mises de côté, avant de se mettre, elles-mêmes, de côté. Heureusement, cet engrenage n’est pas une fatalité. La déficience auditive se solutionne : neuf malentendants sur dix peuvent retrouver leur audition grâce à des appareils auditifs. Il est primordial pour cela de traiter le problème le plus tôt possible.

Détecter les premiers signes


D’où le rôle essentiel de l’entourage. Comment accompagner une personne malentendante dans sa démarche pour mieux entendre ? Les causes et les modes d’apparition de la perte d’audition sont variés. Elle peut s’installer brusquement ou apparaître de manière progressive et insidieuse. Il arrive à tout le monde de faire répéter les gens, par réflexe ou manque de concentration. Difficile, donc, de se rendre compte des débuts d’une déficience auditive chez soi. « Ce sont mes petits-enfants qui m’en ont fait prendre conscience. Je leur reprochais de marmonner » se souvient Yvonne. En cas de suspicion de perte auditive, il est recommandé aux proches d’effectuer un test simple : appel du prénom, demande d’identification de bruits divers. Si le test confirme une difficulté d’audition, il faut conseiller à la personne d’aller consulter. D’autres signes peuvent mettre la puce à l’oreille : le son de la télévision ou de la radio poussé au maximum ou, dans un autre registre, des manifestations fréquentes d’irritation. Une personne qui entend mal a souvent l’impression d’être mise à l’écart, voire d’être sujet de moqueries.

Lire la suite ?

Vous êtes abonné ?

Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous à Aider - la revue !


Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *