Par la Rédaction
paru en décembre 2017
Aider N° 3
  • autonomie
  • coup de gueule
  • solitude
  • amitié

    “T’as pas d’ami” : Le coup de gueule de José Polard dans Aider la revue

    T’as pas d’ami. Telle pourrait être l’assignation la plus « infamante » dans notre société actuelle. De la cour de récré à la maison de retraite, un même constat, un même arrière-goût d’indignité. Un comble pour une société qui promeut, et avec quelle boulimie, les réseaux sociaux.

    Par José Polard, psychologue, psychanalyste - Facebook : Vivre et Vieillir



    Une récente étude du CRÉDOC* révèle qu’en France, environ 700 000 jeunes de 15 à 30 ans, soit 6 % de cette tranche d’âge, seraient dans une situation d’isolement social. Dépourvus d’amis, éloignés de leur famille ou sans emploi. Et 1,4 million d’entre eux seraient en « vulnérabilité sociale ». Cette « ultramoderne solitude » chantée par Souchon, qu’on retrouve à tout âge, – 300 000 personnes de plus de soixante ans vivent en France en situation de mort sociale – serait-elle le prix à payer d’une société organisée autour de cette valeur cardinale : l’autonomie ? Une autonomie, corollaire d’une société toujours plus libérale, nous poussant à la rivalité et à la performance jusque dans l’amitié : combien de « followers » ?


    Solitude (subie) et isolement deviennent alors inexorablement la face cachée de notre individualisme. Honte à ceux qui seront sans liens, une honte, émotion sociale par excellence, qui est l’indice d’une faible qualité d’altérité, plus ou moins assumée par les uns et écrasante pour les autres.


    Que cette injonction à l’autonomie, avec ses échecs, touche particulièrement les jeunes pour qui le processus adolescent consiste à se détacher d’un cocon familial pour inventer et tisser des liens nouveaux, ne nous étonne pas. L’adolescence, et la vieillesse d’une autre manière, sont des phases de vie qui nécessitent une capacité de séparation symbolique sans rompre avec les amarres que sont les liens d’origine.


    Force est de constater, dès la maternelle jusqu’au lycée, combien l’école, notre terrain d’apprentissage du jeu social, est devenue tout à la fois un espace producteur de conflictualités et aussi de retraits psychiques et d’inhibition. Les comportements de harcèlement si courants, les phobies scolaires à tout âge font partie du tout-venant des consultations psychiques. Or, que traduisent ces symptômes médiatisés, si ce n’est la dureté dès l’enfance, du rapport avec l’autre ; d’un lien de plus en plus difficile à tisser. Nous pensons également aux élèves décrocheurs qui seront en difficulté pour trouver un travail demain.


     

    Solitude (subie) et isolement deviennent alors inexorablement la face cachée de notre individualisme.


    Notre école, comme la société, exclusive ou excluante, surprotège ou laisse de côté : l’autonomie pour les individus « équilibrés », l’autarcie pour les autres…


    À rebours de ces injonctions à l’individualité, les liens nous unissent, nous nourrissent, ils nous structurent et nous meuvent.


    Dès lors, pour chaque jeune seul et isolé, il convient de ne pas omettre cette vérité psychique qu’un sujet est toujours, sans le savoir parfois, en attente d’une rencontre. À nous de faire le premier pas.


    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *