Par Marika Droneau
paru en septembre 2018
Aider N° 5
    • Il dit qu’il n’y voit plus rien

    Comment accompagner un proche déficient visuel ?

    Il voit moins bien et les lunettes n’y changent rien. Le point sur les bons comportements et les spécialistes à contacter lorsque son proche est atteint d’une maladie de la vision.
    Il se cogne, peine à trouver la petite monnaie au fond de son portefeuille, se plaint d’éblouissement ? Peut-être souffre-t-il d’une maladie de la vision. Selon la Fédération des Aveugles de France, plus de 207 000 personnes seraient non voyantes en France, et environ 932 000 malvoyantes. Les seniors de plus de soixante ans sont les plus touchés par les déficiences visuelles : la dégénérescence maculaire liée à l’âge ( DMLA ), le glaucome et la cataracte sont les plus répandues. De l’ophtalmologiste aux instructeurs en locomotion, de nombreux professionnels offrent solutions et soutien aux personnes qui en sont atteintes. En tant qu’aidant, il est important d’être avant tout un passeur, un lien entre son proche et ces différents professionnels !

    Il dit qu’il n’y voit plus rien


    C’est ainsi que les personnes atteintes d’une déficience visuelle sont tentées de résumer leurs difficultés. Pourtant, l’altération de la vue est souvent partielle et ne conduit pas à la cécité. Elle diffère selon les pathologies. Concernant la DMLA, c’est la vision centrale qui est touchée : la personne voit les lignes onduler, ne distingue plus les détails. [...]

    Vous souhaitez poursuivre votre lecture ? Retrouvez le Guide des aidants en kiosque, librairie ou sur notre boutique en ligne !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *