Par la Rédaction
paru en septembre 2018
Aider N° 5

      Comment accompagner dans le silence

      Être aidant, c’est aussi être présent. Dans le silence. Mais comment être sûr que sa présence est légitime et soutenante auprès d’une personne qui ne s’exprime pas ? Les conseils d’un bénévole de l’accompagnement.
      Par Pierre Reboul, bénévole d'écoute et d'accompagnement à l'association Jalmalv (Jusqu'à la mort accompagner la vie) de Grenoble

      Pourquoi ne me parle-t-il pas ? Pourquoi ne me répond-elle même pas ? » Telles sont les questions qui étreignent régulièrement un bénévole d'accompagnement qui débarque dans la chambre d'une personne hospitalisée.

      Il établit des comparaisons avec ce qui se passe dans la vie habituelle, celle où bouillonne un continuel chaudron de mots et de bruits, celle dans laquelle tout silence est vécu comme insolite, impoli, agressif même. Au point qu’on se hâte de l’interrompre, de le remplir de manifestations sonores, de l’annuler.

      Dans sa gêne, ce bénévole pourrait alors remettre en cause la légitimité de sa présence. Confronté au silence, faute d’en comprendre les différents sens – hostilité, mais tout autant timidité, fatigue, angoisse, réflexion – il pourrait éprouver le désir de quitter la chambre. Au risque de perdre l’occasion d’une rencontre fructueuse, serait-elle muette.

      Ne devrait-il pas plutôt tenter d’approcher dans et par son silence celui qui se tait ? De se satisfaire d’un silence qui accepte sa présence ? Peut-être alors, ce qui est vécu comme un manque pourrait-il se révéler riche de potentialités, se redéfinir comme un espace de partage particulier où le silence occupe une pleine place. Telles la maladie ou la solitude, « le silence élague l’homme ». [...]

      Vous souhaitez poursuivre votre lecture ? Retrouvez le Guide des aidants en kiosque, librairie ou sur notre boutique en ligne !

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *