Par Claudine Colozzi
paru en décembre 2017
Aider N° 3
  • santé
  • chien
  • solitude
  • chat
  • présence
  • isolement
  • moral
  • Remède contre la sédentarité
  • Caresser et se sentir apaisé
  • Un regard plus positif sur l’entourage
  • Foster, golden retriever, pour aller vers les autres
  • Luna, un berger allemand, pour libérer les tensions
  • Baltique, un bichon frisé, pour atténuer la sensation d'isolement

Ces animaux qui nous font du bien

De nombreuses études scientifiques l’attestent : la présence d’un chien ou d’un chat est excellente pour la santé et le moral. Rien de tel qu’un animal pour reprendre du poil de la bête ! Mais comment intégrer un animal de compagnie auprès d’une personne vulnérable et pour quels bénéfices ?


Depuis quelques décennies, l’animal de compagnie est passé du rôle d’auxiliaire ( gardien de la maison, chasseur de souris… ) à celui de partenaire d’équilibre mental et de santé physique. Différentes études ont montré en effet le bénéfice apporté par la présence animale auprès de patients fragilisés : elle les aide à se libérer des angoisses, à s’exprimer, à sortir de l’isolement, à retrouver une motivation pour le suivi des soins, à être acteur, à retrouver un rôle social…

Remède contre la sédentarité


Selon de récentes recherches en Australie et au Canada, les propriétaires d’animaux de compagnie seraient en meilleure santé que le reste de la population et rendraient 15 à 20 % moins souvent visite à leur médecin. Par ailleurs, des chercheurs de l’université de San Diego ( Californie ) ont mené une étude sur  des propriétaires de chien. Leurs résultats montrent que 64,3 % d’entre eux pratiquent un exercice quotidien d’au moins 30 trente minutes cinq fois par semaine. Une excellente manière de lutter contre la sédentarité ! Et qui mieux que nos animaux nous renvoient une image positive de nous-mêmes ? Face à eux, nous nous sentons aimés pour ce que nous sommes. Toujours heureux de notre présence, en demande de tendresse, ils nous apportent un véritable réconfort. Le chien nous accepte de manière inconditionnelle, nous reste fidèle et nous démontre son affection, quelles que soient nos faiblesses.

Caresser et se sentir apaisé


Chiens, chats constituent un remède contre l’ennui et la solitude. Confidents silencieux et bienveillants, ils nous écoutent sans nous juger et nous apaisent en cas de stress. Le fait de devoir s’en occuper, de s’en savoir responsable, empêche le repli sur soi et favorise le sentiment de se sentir utile. Il suffit de regarder un chat se lover dans un coin douillet, s’étirer et bâiller pour se sentir soudain apaisé. Caresser son pelage est réconfortant. C’est comme s’il nous envoyait de bonnes vibrations et nous invitait au lâcher-prise. Nos animaux nous apportent un soutien moral. Quand rien ne va, on dirait qu’ils le sentent et qu’ils cherchent à nous consoler…

 

Confidents silencieux et bienveillants, ils nous écoutent sans nous juger.


Un regard plus positif sur l’entourage


Des recherches récentes montrent aussi que la présence d’un animal favoriserait la production d’ocytocine, souvent appelée hormone de l’attachement, qui est bénéfique à notre façon d’être avec les autres. Grâce à cela, nous sommes capables de jeter un regard plus positif sur notre entourage. Avez-vous déjà compté le nombre de personnes avec qui vous discutez quand vous promenez votre chien ? Enfin, les animaux jouent un rôle essentiel auprès des personnes âgées, surtout quand leurs capacités de communication sont diminuées, par
la maladie d’Alzheimer, notamment. Les expériences de « chiens visiteurs » en maisons de retraite ou en milieu hospitalier permettent de retrouver le contact, de briser la solitude et de maintenir les sens en éveil. Des patients habituellement prostrés se redressent sur leur fauteuil à la vue de l’animal pour le caresser, ou se plient en quatre pour lui lancer une balle. « L’idée d’associer un animal au duo patient-aidant est plutôt ancienne, mais elle n’a cessé de se développer depuis quelques décennies. Les méthodes, les espèces animales ( chiens, chevaux, poneys, ânes… ) se sont multipliées et diversifiées, remarque Boris Albrecht, directeur de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer. Cette relation homme-animal apporte des bénéfices avérés à des populations multiples notamment pour les enfants et adultes en situation de handicap moteur, sensoriel, mental ou psychique, et les personnes âgées dépendantes. L’animal ne soigne pas, il joue un rôle de médiateur dans la relation à l’autre ». Après l’Italie où les pratiques de médiation animale sont soutenues par les pouvoirs publics, la France est l’un des pays les plus innovants dans ce secteur.

Lire la suite ?

Vous êtes abonné ?

Pour lire la suite, saisissez vos identifiants


Quelle est l'adresse email avec laquelle vous vous êtes inscrit ?

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous à Aider - la revue !


Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *